Skip to content
Observatoire des maisons d'éditions
L'observatoire

icon picker
Se faire éditer ?

1 - Définissez votre projet

Pour quelles raisons souhaitez-vous vous lancer dans un projet d’édition ? À cette question délicate, vous ne pourrez apporter qu’une réponse strictement personnelle. Vous cherchez à vous professionnaliser ? À connaître le succès ? Est-ce que vous cherchez à faire valider vos compétences par vos pairs ? Ou par votre famille et vos amis ? À vous prouver que vous pouvez le faire ? À étendre votre lectorat ? À faire passer un message ? Est-ce que vous voulez faire des salons ? Être en librairie ? Avoir un livre papier avec votre nom dessus entre vos mains ? Recevoir un retour construit sur votre travail ?
Sans doute un peu de tout ceci, et probablement plus encore... Il est primordial que vous preniez le temps de poser vos motivations, de les prioriser, car toutes les maisons d’édition ne répondront pas à vos attentes.

Quelques exemples :

Votre objectif principal est d’être présent dans toutes les librairies de France, ou presque :
Privilégiez un éditeur qui a un bon réseau de diffusion et évitez les maisons d’édition ne proposant que de la distribution en ligne, en impression à la demande, ou en salon. Attention, cependant, les maisons d’édition qui répondent à ce besoin sont souvent de grandes maisons d’édition, en contrat avec de nombreux auteurs, et qui ne prennent pas forcément le temps d’établir une relation privilégiée avec tous leurs contractants.

Votre objectif principal est de faire des salons, des dédicaces et de vivre une belle expérience humaine
Privilégiez un éditeur de taille petite à moyenne. Le réseau de diffusion n’est pas un critère pour vous : les petites maisons d’édition vendent très souvent une bonne partie de leur stock lors d’évènements et de salons.

Vous voulez pouvoir dire “j’ai été édité”, tenir votre livre entre vos mains et vous dire “je l’ai fait”
C’est une motivation complètement légitime et louable, cependant, soyez très prudent lors de votre sélection de maisons d’édition : être édité à tout prix peut vous coûter cher. Étudiez avec soin les maisons d’édition que vous sélectionnez : si toutes, petites, moyennes ou grandes peuvent vous apporter ce que vous cherchez, ce n’est pas une raison pour céder à tout. Soyez aussi exigeant avec une maison d’édition que vous l’êtes avec votre travail. L’auto-édition peut également être une solution dans ce cas de figure.

Vous voulez devenir riche et célèbre
Il n’est pas possible de vous fournir de conseil : soyez juste conscient que cela demande énormément de travail, d’investissement, et surtout une bonne dose de chance, quel que soit le domaine. Il y a des centaines d’auteurs et autrices qui travaillent, s’investissent énormément et ont une plume de superbe qualité… mais qui ne deviennent jamais ni riches ni célèbres. La chance, les bonnes rencontres, les opportunités saisies (ou celles refusées) sont des facteurs de succès plus importants que le talent. Par contre, la persévérance, si elle n’est pas gage de réussite, est indispensable quoiqu’il arrive.

2 - Sélectionnez avec soin les maisons d’édition qui correspondent à votre projet

Avant toute chose, consultez la ligne éditoriale et le catalogue des maisons d’édition, pour définir si votre livre pourrait y figurer. Il est inutile d’envoyer un roman de science-fiction à une maison d’édition spécialisée dans la romance contemporaine.
D’autre part, si en étudiant le catalogue, vous constatez la présence d’un livre ayant de fortes ressemblances avec le votre, que ce soit dans la manière d’aborder une thématique donnée, ou dans les similitudes de l’univers, dites vous qu’il n’est pas dans l’intérêt d’une maison d’édition de publier dans son catalogue deux livres qui pourraient se faire concurrence. Votre proposition doit apporter quelque chose au catalogue de la maison d'édition.
Ensuite, inutile d’envoyer des dizaines de manuscrits pour recevoir des dizaines de réponses négatives : constituez-vous une courte liste (maximum une dizaine de soumissions) de maisons choisies avec soin.
Enfin, en dehors des informations rapportées sur l’observatoire (qu’on vous conseille de toujours recouper avec une visite sur le site de l’éditeur), renseignez-vous sur la réputation des maisons d’édition que vous contactez : posez la question sur des forums, ou des communautés d’auteur·rice·s... bref, informez-vous sur l’endroit où vous souhaitez mettre les pieds.

3 - Suivez à la lettre les consignes de transmission des manuscrits

Une maison d’édition, quelle que soit sa taille, reçoit d’énormes quantités de manuscrits : poser des conditions de soumission strictes (période d’ouverture, interligne, marge, synopsis ou non...), en plus de répondre à des critères de lisibilité et d’efficacité de traitement, sert généralement de premier filtre de sélection : un manuscrit qui ne respecte pas les consignes de soumissions n’est pas lu.
Si aucune consigne n’est donnée quant à la mise en page de votre manuscrit, préférez une mise en page sobre : A4, Times New Roman, interligne 1.5, marges de 2 cm. Si le manuscrit doit être envoyé en version papier, imprimez-le en recto uniquement, n’oubliez pas de numéroter les pages et faites-le relier, si possible par une reliure en spirale, plus pratique à manipuler par les comités de lecture.

4 - N’oubliez pas que les éditeurs sont des êtres humains... et des entreprises.

Derrière chaque email, formulaire, ou enveloppe réceptionnés, il y a une vraie personne, en chair et en os, avec des émotions et des journées de travail bien remplies. Une personne qui sera forcément en de meilleures dispositions vis-à-vis de votre texte si vous vous adressez à elle avec politesse.
Cependant, souvenez-vous également que, sauf exception associative, une maison d’édition est avant tout une entreprise : il est vital pour une maison d’édition de trouver et publier des livres qui se vendront correctement. Une maison d’édition n’accepte pas un manuscrit pour être “gentille”, elle l’accepte parce qu’elle pense que le texte peut trouver sa place dans son catalogue et son public sur le marché actuel du livre.

5 - Délais de réponse

Les délais moyens de réponse des maisons d’édition sont de minimum trois mois. Une réponse plus rapide est possible, mais, sauf exception, il s’agit plutôt d’une mauvaise nouvelle, car c’est le symptôme d’une sélection sans doute expéditive qui peut venir questionner le sérieux de la maison d’édition.

6 - N’acceptez pas n’importe quel contrat

Envisageons le cas d’une réponse positive : votre manuscrit a été sélectionné, une maison d’édition veut éditer votre travail, il est maintenant temps de vous mettre d’accord sur les conditions qui vont régir vos relations de travail à venir. Il est temps de parler du contrat d’édition.
Un contrat éditorial est une base de négociation entre deux acteurs. Négocier peut être intimidant, mais c’est pourtant absolument nécessaire : la première proposition faite par la maison d’édition sera forcément à son avantage (ce qui est normal, dans le cadre d’une négociation), l’accepter directement n’est en rien bénéfique pour vous.
N’oubliez pas que la maison d’édition prend certes un risque en vous éditant, mais vous prenez également un risque en leur cédant vos droits.
Bien sûr, négocier dans un contexte où l’offre de manuscrit est largement supérieure à la demande des maisons d’édition est une démarche périlleuse qui, on ne va pas vous mentir, peut vous faire manquer un contrat. Cependant, si une maison d’édition est prête à renoncer au potentiel d’un manuscrit pour quelques pourcentages de rémunération de son auteur en plus, c’est sans doute qu’elle n’est pas non plus suffisamment engagée pour défendre et vendre correctement votre travail.
Pour compléter ces petits conseils, voici une sélection de quelques vidéos et articles qui permettent d’aller plus loin sur le sujet du choix de la maison d’édition, et du contrat d’édition :
Vidéothèque
0

Want to print your doc?
This is not the way.
Try clicking the ⋯ next to your doc name or using a keyboard shortcut (
CtrlP
) instead.